Alors, bientôt la retraite ?

Derrière la question goguenarde, il y a souvent ce mélange d’envie et d’inquiétude…
Car après la retraite, que l’on souhaite longue car méritée bien sûr, il y a la mort.
Ne pas respecter le régime des retraites, c’est s’en prendre directement à ceux qui ne vont que décrépir et mourir… Raison pour laquelle cela reste assez mal vu… En même temps, ne pas travailler serait un privilège pour certains alors que d’autres y voient une punition…
Une phase assez bizarre est celle qui précède le départ en retraite.
Bien que le budget à venir ne permette guère d’envisager des folies, c’est l’heure de choisir ses projets, son futur mode de vie…
Chacun a en tête l’idée de réussir ce qu’il n’ a pas pu faire ou mener à bien lors d’une vie de travail…
Comme toute personne dans cette situation, j’en suis à aligner les questions.

Si je cesse mon métier officiel, je n’en aurai aucun regret car j’ai souvent changé de métier et j’aime le changement. Je poursuivrai certainement dans des domaines choisis, à mon rythme et un peu plus à mon bon plaisir…

Une question qui me taraude est celle du futur lieu de vie. Je veux éviter la dépendance à tout prix et donc anticiper y compris le moment où je pratiquerai l’autolyse si je sentais mon incapacité à rester autonome et aimer la vie.

Mais je pense alléger beaucoup de choses (voir le précédent article), y compris pour la future habitation. Définir l’essentiel.

Pouvoir écrire, lire, chanter, accueillir mais rester libre de toute contrainte pesante.

Être relié mais en retrait.
Que chacun aussi des actifs de mon entourage se sente libre et jamais obligé d’aller voir le vieux. Un bon retraité ne fait chier personne et n’est pas là non plus pour garder les mômes.

Une sorte de moment de synthèse de sa vie. Non pour laisser un héritage mais au contraire, nettoyer la place et laisser le meilleur de soi, peut-être une page, une chanson, un souvenir mais certainement pas des biens matériels…. J’ai toujours pensé qu’une personne qui laissait derrière elle un gros héritage n’avait pas su donner de son vivant.

La parole libre retrouvée. Ce sera cela aussi la retraite !
Inventer quelque chose de créatif et différent où je ne ferais pas honte à ma propre enfance.

à suivre

Laisser un commentaire