Ubuntu c’est facile !

Je voudrais convaincre les lecteurs que le recours au libre est non seulement pertinent en ce qu’il permet pour grande part de s’émanciper des GAFA, pertinent parce qu’il constitue encore malgré tout une forme d’engagement pour un modèle numérique basé plus sur la coopération que la compétition mais c’est encore pertinent pour tout un tas de raisons que je peux éprouver comme utilisateur dit « lambda », c’est à dire non technicien ni spécialiste. Je vais essayer d’en pointer quelques unes.

A la maison, je possède deux machines. Elles m’avaient été livrées sous Windows. Il s’agit d’un petit portable qui doit avoir pas loin de huit ans et d’un ordinateur de bureau HP qui doit avoir douze ou treize ans, robuste mais donc pas tout jeune et qui a subi plusieurs déménagements.

Après le crash du disque dur de mon gros ordinateur de bureau, il y a près de trois ans, j’avais soit le choix de renouveler complètement la machine – un peu idiot mais fréquent- , soit de commencer à oser expérimenter …

J’ai trouvé à la vente un disque dur à 40 euros et j’ai décidé, plutôt que de rester fidèle à Windows, de franchir le cap et d’acheter pour je crois vingt euros, un CD contenant Linux Ubuntu à l’association En Vente Libre . Je reçu alors la version dite 16.04 LTS.

Ce que je veux dire d’abord fut qu’installer le disque dur puis passer sous Linux fut un jeu d’enfant franchement rapide.

Il suffit de se laisser guider et les tutos ne manquent pas.

Sur le petit ordinateur portable, j’ai conservé Windows pour certains rares usages, comme le Media Nav de ma voiture que je ne parviens pas à émuler sous Linux (c’est une vieille application que Renault continue d’utiliser et très liée à Windows), mais j’ai installé Linux Ubuntu en dual boot c’est à dire que je choisis soit de démarrer sous Windows soit sous Ubuntu. Là aussi, des tutoriels aident à s’en sortir sans souci.

Sans être un grand aventurier, j’ai voulu goûter ensuite assez rapidement aux mises à jour d’Ubuntu y compris celles qui proposent de nouvelles versions qui ne sont pas réputées parfaitement stables mais qui donnent accès à de nouvelles évolutions et permettent si on veut participer au feed-back de consolider la mise en œuvre. Ainsi je suis passé ensuite aux différentes versions sur l’un des ordinateurs 17 puis 18.04 puis 18.10 et 19.04 avant de mettre à jour vers la version 19.10 installée à présent sur l’ordinateur de bureau.
Il existe en effet des versions stables, éprouvées et puis des versions intermédiaires tout à fait facultatives.

Numetopia décrit les nouveautés apportées ou les logiciels proposés et mis à jour avec 19.10 dite Eoan Ermine.

Quelques petites difficultés ont pu apparaître au premier lancement, mais avec un rien d’attention, elles ont pu être surmontées… On peut d’ailleurs remercier le travail des développeurs qui sont réactifs et ne font pas pour autant fortune sur notre dos.

Tous les périphériques ont été reconnus sans souci (y compris une carte son externe, une imprimante Epson…) et l’environnement est simple, lisible, facile à utiliser, son appropriation est aisée…

Si je compare à Windows, y compris Windows 10, c’est d’abord la légèreté d’Ubuntu. Les machines se lancent plus vite. Les mises à jour sont « transparentes ». Il est toujours possible d’ajuster à sa main. Les applications, si on les choisit bien rendent moins vulnérable aux virus et autres traçages malveillants. L’ergonomie ou l’esthétique sont tout à fait plaisantes. On peut même si on le souhaite s’ajouter divers gadgets ou extensions « amusantes »…

Il n’y a plus rien d’austère par exemple à utiliser la suite Libre Office plutôt que les produits lourds de Microsoft, et soit dit en passant lorsque je copie colle directement un texte vers ce blog par exemple, cela n’embarque pas des tonnes de lignes de codes indigestes comme avec Word…

Je le vois par ailleurs, notamment en milieu professionnel, Windows impose de lourdes mises à jour, son ergonomie n’est pas si limpide alors que le classement des fichiers sous Ubuntu est beaucoup plus clair.

J’éprouve un meilleur sentiment de confiance, de sécurité, de clarté…

C’est donc plus pertinent économiquement et écologiquement : je peux tourner avec des ordinateurs qui s’essoufflaient avec Windows très gourmand, je diffère au plus loin le renouvellement de matériel…

C’est visiblement plus pertinent techniquement et respecte mieux mes droits à ne pas être traqué sans cesse…

J’aurais donc beaucoup de mal à revenir en arrière et ce d’autant plus que lorsqu’un problème technique se présente, l’esprit communautaire perdure assez pour que l’on puisse sans mépris recevoir aide et conseils notamment via le site https://ubuntu-fr.org/

Laisser un commentaire