Un exemple de la tricherie des GAFAS

Comme annoncé il y a quelque peu, je m’évertue à me libérer des GAFAS afin en particulier d’éviter de leurs confier mes données personnelles et de « devenir le produit » de leur démarche commerciale souvent intrusive…. pour mémoire, Google a été condamné récemment…

Je suis donc en situation de divorce progressif et privilégie des applications éthiques, sécurisées et respectueuses.

J’ai notamment fait le choix de Mailo pour les courriels. Je note au passage, que s’il existe une application pour les smartphones, l’agenda Mailo ne s’intègre pas facilement.

Avec Cozy Cloud , je sauvegarde aisément les documents relatifs aux impôts, à ma mutuelle ainsi que divers documents… C’est efficace et simple. L’idée est tout en gardant le contrôle des données de pouvoir disposer d’un domicile numérique
Je veux souligner l’engagement des équipes de Cozy Cloud et la rapidité avec laquelle il est répondu aux questions.

Cozy Cloud est accessible par ordinateur et une application a été développée pour smartphone.

J’avais envisagé de substituer cette application à Google Photos sur un smartphone Samsung.

Quelques investigations et essais m’ont permis de noter certains aspects assez déplaisants :

a) jusqu’à présent Samsung proposait son propre cloud notamment pour sauvegarder les données du téléphone. A présent, Samsung a substitué One Drive de Microsoft a son propre espace. On peut ne pas sauvegarder, mais on n’a pas le choix d’aller vers une autre plateforme. Je suis convaincu que ce n’est pas franchement conforme à la réglementation (on se souvient que Microsoft avait été condamné en son temps pour avoir forcé à l’utilisation de son navigateur).

b) après essais, j’ai noté que Google Photos ou One Drive bénéficient d’une priorité pour télécharger les photos et vidéos sur leur Cloud. Ainsi, après une « randonnée photos », lorsque je rentre à domicile tout est déjà en ligne dans ces applications alors qu’il faut patienter pour Cozy Cloud vu comme une application tierce. On peut donc considérer que le traitement n’est pas équitable et que tout naturellement les usagers risquent alors de se détourner du libre.

Pour l’heure se pose encore la question de smartphones grand public montés sur des plateformes libres de type Linux ou dérivés.

Le combat ne se fait pas à armes égales.

Laisser un commentaire